COMUNDO répond à Glencore

Dans une prise de position suite à la publication d’un communiqué de presse de COMUNDO, Glencore rejette les accusations de violence à l’encontre des communautaire d’Alto Huarca, au Pérou. COMUNDO maintient sa position.

Alto Huerca

Dans une réponse à notre communiqué de presse du 11 avril,  la multinationale suisse Glencore expose sa version des faits: les femmes ont jeté des pierres sur les travailleurs, après quoi le personnel de la mine Antapaccay a contacté le bureau du procureur. Ce dernier a ordonné à la police locale de rétablir l'ordre et d'accompagner les femmes loin de la propriété. Pour Antapaccay, le respect des droits humains est une priorité absolue. Et la compagnie minière de poursuivre: " Nous rejetons fermement toute accusation selon laquelle Glencore aurait menacé et blessé des femmes". COMUNDO s’en tient à sa version des faits, appuyée par les témoignage de nos sources sur le terrain.
 
"Je suis arrivé sur place alors que l'affrontement était déjà en cours. Mais, j’ai pu voir comment les femmes ont été battues", témoigne Vidal Merma, journaliste indépendant. Ce dernier a été appelé mardi dernier alors que des fonctionnaires de la multinationale minière Glencore, basée en Suisse, accompagnés d'officiers de la Police nationale péruvienne et d'agents de sécurité privée tentaient d’évacuer des habitants de la communauté d'Alto Huarca. Le journaliste confirme la violence dont ont fait preuve les agents de sécurité. « Ils ont commencé à se calmer quand ils ont vu que je photographiais et filmais. À ce moment-là, ils m'ont encerclé et m'ont forcé à partir. Les pneus de ma moto ont été dégonflés.. »
 
José Ramiro Llatas Pérez, spécialiste des droits humains et coordinateur local de COMMUNDO, s'occupe personnellement de l'affaire et réitère : "Cette terre a été achetée illégalement par Glencore : aucune consultation de la population indigène n'a été faite, comme cela devrait être le cas selon la législation actuelle. Sur les terres, il y a une famille qui vit et qui est propriétaire légitime de la terre. La communauté quechua est particulièrement préoccupée pour son accès à l'eau : Glencore a maintenant obtenu l’utilisation exclusive de réserves d’eau de la région, une fois de plus au mépris des lois protégeant les peuples autochtones.

Notre communiqué de presse du 11 avril

Inscrivez- vous à la newsletter

Rendez-nous visite sur notre page Facebook

Suivez -nous sur Twitter